Le Refus de la Parenthèse, Hugues Renson

COMMUNIQUÉ DE PRESSE  – 22 NOVEMBRE 2018

Hugues Renson publie Le refus de la parenthèse 

Le Vice-Président LaREM de l’Assemblée nationale appelle la majorité à se doter d’une idéologie

et développe sa vision de la France progressiste du XXIème siècle

Hugues Renson analyse sans tabou les forces et les fragilités du séisme qu’a représenté l’élection d’Emmanuel Macron. Celle-ci ne saurait être une parenthèse mais une chance unique de rebattre durablement les cartes du jeu politique pour construire une France confiante en son avenir.

Le refus de la parenthèse est autant un message d’optimisme quant à la capacité de la majorité de mener la transformation du pays qu’une prise de conscience lucide du risque d’échec à plus ou moins long terme.

Face à l’exercice du pouvoir, Hugues Renson refuse toute normalisation de LaREM dont il appelle au contraire à cultiver l’originalité : l’horizontalité, la participation des citoyens, la bienveillance, la venue à la politique de la société civile.

Cette originalité de la méthode d’En Marche ! fait son authenticité. Celle qui a permis l’accès aux responsabilités d’une nouvelle génération de politiques qui s’est collectivement engagée derrière Emmanuel Macron au nom de l’intérêt général.

Mais cette méthode ne fait pas la vision de long terme. À mesure que le programme d’Emmanuel Macron est appliqué, se dévoile le besoin toujours plus nécessaire de vision. Avoir acté la fin définitive du clivage partisan traditionnel droite / gauche ne suffit plus. Prendre la meilleure mesure indépendamment de son marquage politique original ne crée pas le récit dont LaREM a besoin pour mener à son terme la transformation radicale du pays. Le progressisme ne peut pas être réduit à un pragmatisme.

Le refus de la parenthèse appelle tant le lecteur, citoyen engagé, que l’ensemble des membres de la majorité à ne pas avoir peur de l’idéologie. Hugues Renson, au contraire, propose de donner collectivement cœur et corps à la France progressiste du XXIème siècle derrière le président de la République et son gouvernement. Une France qu’il imagine plus inclusive, qui invente de nouvelles formes de solidarité, une France motrice dans la construction d’une souveraineté européenne, une France qui n’ignore aucun de ses territoires, de Paris, la métropole mondiale aux villages ruraux.